Est-il possible de nommer un commissaire de manière rétroactive au sein d’une société qui n’avait pas nommé de commissaire mais qui veut régulariser sa situation ?

Publié le 15 mai 2015

cessation du mandat de commissaire > expiration de la durée

Réponse:

Il arrive parfois qu’un commissaire nommé par une assemblée générale soit également invité à effectuer le contrôle des comptes annuels d’un exercice déjà clôturé. D’après l’IRE, le mandat ne commence cependant qu’à partir du début de l’exercice auquel se rapporte le premier rapport du réviseur. Le terme de trois ans, éventuellement arrondi, est calculé à partir de la date de nomination effective.

Un réviseur d’entreprises qui est nommé par exemple le 15 février pour les années N-1, N et N+1 devra englober dans son contrôle l’année N+2, le délai ayant commencé à partir du 15 février de l’année N. Il est utile de préciser que le contrôle de l’année N-1 est effectué par un réviseur d’entreprises dans le cadre d’une « mission particulière ». Le principe de la nomination rétroactive constitue une dérogation à l’article 135 du Code des sociétés. En cas de nomination rétroactive, un commissaire sera tenu d’exercer son contrôle sur quatre exercices. Par conséquent, une telle nomination doit être exceptionnelle et sera limitée à un maximum d’un an, en plus des trois exercices autorisés.

Il est également renvoyé à la brochure Etudes IRE, 2004, La société et son commissaire, p. 53 disponible sur le site internet de l’Institut des Réviseurs d’Entreprises.

Page précédente

______________________________

Disclaimer : Les réponses de la Fondation Centre d’Information du Révisorat d’Entreprises (ICCI) sont données de manière autonome par rapport à l’Institut des Réviseurs d’Entreprises (IRE) et ne peuvent donc pas être considérées comme constituant le point de vue officiel du Conseil de l’IRE. Ce point de vue officiel ne peut être obtenu qu’en s’adressant directement aux organes officiels de l’IRE à savoir le Conseil ou, le cas échéant, le Comité exécutif. Bien que l’ICCI s’entoure des compétences voulues et traite les questions reçues avec toute la rigueur possible, il ne donne aucune garantie quant aux réponses qu’il formule et n’assume aucune responsabilité, ni contractuelle, ni extra-contractuelle, pour l’éventuel dommage qui pourrait résulter d’erreurs de fait ou de droit commises dans le cadre des réponses et informations données. Les FAQ concernant les normes ISA, ISRE et ISQC1 ont été rédigés en concertation avec le groupe de travail ISA & ISQC 1 et la Commission des normes de l’IRE.